24 résultats

Album Photographique à l'italienne, courses croisières sur les cotes de Belgique

12 ff In-folio à l'italienne, cartonnage recouvert de tissu collé avec manque, orné d'une intéressante composition : deux personnages en silhouette, composés de différents tissus collés et assemblés dans un cercle de velours noir.Composé de photographies vers 1920, de différents formats sur papier beige, collés avec soin légendés et situés avec une belle typographie sur un papier épais gris. Photographies centrées sur le yaghting sur les cotes du nord, dans une ambiance "belle époque".

(...)

Amusante collection de photographies légères, circa 1920, portant pour certaines le label Film Art, ou des monogrammes C, PC, etc.

35 photographies originales sépia et noir et blanc en tirage d'époque, de 1900 à 1930.

Ces photographies de studio à l'éclairage travaillé, souvent prises en contre-plongée, jouent volontiers sur l'érotisme des regards, une mise en scène délicate autour du thème des amours ancillaires. Un bel ensemble représentatif du froufroutant érotisme d'avant-guerre.

Costes et Bellonte - Documents de la première traversée de l'Atlantique sans escale en avion , de Paris à New York

Important registre de 33 cartes entoilées, noir et blanc et certaines en couleurs contenu dans une reliure mobile à plaques d'acajou marine tenue par cinq anneaux métalliques 27x30 cm , accompagné d'une pochette en plastique transparent à bords renforcées, 20 x 40 cm contenant les corrections de la hauteur de la Polaire, pour obtenir la latitude et les tables auxiliaires pour l'année 1929. Utilisés par Coste et Bellonte lors de leur traversée entre Paris et New York du 1er septembre 1930. Provenance Maurice Bellonte.

Important registre de 33 cartes entoilées, noir et blanc et certaines en couleurs contenu dans une reliure mobile à plaques d'acajou marine tenue par cinq anneaux métalliques 27x30 cm , accompagné d'une pochette en plastique transparent à bords renforcées, 20 x 40 cm contenant les corrections de la hauteur de la Polaire, pour obtenir la latitude et les tables auxiliaires pour l'année 1929. Utilisés par Coste et Bellonte lors de leur traversée entre Paris et New York du 1er septembre 1930. Provenance Maurice Bellonte.Costes et Bellonte ont, les premiers, relié Paris à New-York sans escale à bord de leur avion « le point d'interrogation ». Pour cette traversée, réputée la plus dangereuse, car confrontée aux vents contraires, il leur fallut plus de 37 heures de vol, avec comme tout instrument de navigation une TSF, un compas, les étoiles et des cartes.Le bruit est tellement fort à l'intérieur de la carlingue qu'ils portent des boules Quies et échangent les informations sur des petits papiers. Le froid est intense, ils volent à 185 km heure à 1200 mètres d'altitude. Rapidement ils se trouvent pris dans une tempête, leur vitesse chute à 120 km/h, Costes décide de la passer par le dessous, ils sont à moins de 350 m d'altitude...Arrivés au large des côtes canadiennes, les instruments lâchent, la TSF tombe en panne le gyroscope est bloqué ; un hauban a cédé aussi, mais l'appareil est costaud. En revanche la brume est arrivée, Costes fait piquer du nez à l’appareil, d'après les calculs de Bellonte, qui tient les cartes sur les genoux ils ne sont plus loin… Il a raison : il écrit à Costes " regarde des mouettes" une barre de nuages se dessine à l’horizon, et puis des roches, des brisants. Costes voit un phare, mais la marée est basse, impossible de se repérer avec les cartes, laissant la côte à tribord Costes descend ... et remet précipitamment les gaz ; ils se retrouvent à frôler la mature de bateaux à voiles ils ont failli tout perdre mais ils ont un repère à présent: le port d’Halifax. En tout et pour tout, dans cette traversée à l’estime, grâce aux cartes et au métier de Bellonte, ils n'ont dévié que de 10 km. Ils longent alors la cote Américaine dans des conditions météorologiques particulièrement éprouvantes.C'est alors qu'après 37 heures de vol ils voient dans le ciel deux petits appareils venir à leur rencontre pour les accompagner jusqu'à l'aéroport de New York. Au sol plus de 200 voitures sont garées en haie d'honneur, Linberg est là, avec sa femme, le président des Etats-Unis, des personnalités de toutes sortes et une foule de 200 000 personnes venues acclamer les héros de l’air.Voici les cartes originales que Bellonte portait sur les genoux, Sur la carte de France une croix, au-dessus de St Valery en Caux 10h46 gmt et deux minutes plus tard une position : 10h48 gmt 49°052 Route Vraie au 300. Le « point d’interrogation » vient de quitter le sol de France et s’élance pour son périple historique, chargé de plus de 5000 litres d’essence. Costes écrit au crayon " Nous dérivons un peu vers la gauche".Bellonte au crayon bleu note le Cap rectifié de l’avion et l’endroit de leur survol « Île de Wight ». La route quitte la Cornouaille survole Tiperary ils quittent définitivement la terre pour s’élancer au-dessus de l’Atlantique. L’arrivée en Amérique est confuse, ni l’un ni l’autre ne savent véritablement ou ils se trouvent et les cartes témoignent de cette anxiété, sur l’une d’elles, peut-être la plus émouvante de l’ensemble, Bellonte écrit en grandes lettres capitales « HALIFAX » suivit d’une flèche.Il s’agit du moment décisif du vol ou Bellonte vient de localiser l’endroit ou ils se situent. Ce moment est détaillé dans les mémoires de Maurice Bellonte, écrites en 1976 sur les documents d’époque, dont nous joignons le manuscrit original. Les autres cartes des côtes américaines portent les mêmes tracés, cette fois ci plus précis, de la route qui les mènera d’Halifax à Boston, puis à la tombée de la nuit, au survol de New York.Cet atlas est une pièce historique de la plus haute importance dans l’histoire de l’aéronautique, mais plus encore, il marque l’avènement d’une nouvelle ère : celle de l’aviation moderne et débute les liaisons aériennes transatlantiques.Ainsi à l’aventure humaine, s’ajoute l’intérêt de l’avancée scientifique. Bellonte, met au point avec son équipe de cartographes et de météorologistes, une navigation associant les repères astronomiques aux données des cartes établies par Kahn. Un travail constant de trois années, qui va révolutionner la navigation aérienne et ouvrir la voie à l’aéronautique contemporaine.Nous associons à cet atlas :- Un tapuscrit original de premier jet abondamment corrigé et enrichi d’extraits manuscrits et documents divers en vue de publication aux éditions Plon, daté de 1976.200 ff, regroupés dans un classeur d’une couverture cartonnée verte.Passionnant document retraçant l’intégralité de la carrière de Maurice Bellonte avec reproductions de documents d’époque et le récit détaillé de la traversée de l’Atlantique sur le point d’interrogation en 1930.Ce document captivant aide à suivre la progression de l’équipage sur les côtes américaines et éclaire de façon très précise la lecture de l’Atlas des cartes ayant servies aux deux aviateurs lors de leurs traversée historique de l’atlantique.- Ainsi que 50 cartes géographiques « Rand Mc Nally, Standard Indexed Map » d’états américains.In8 étroit à la couverture cartonnée illustré aux couleurs vives contenant une carte rempliée en fin d’ouvrage, précédée d’un index et de publicités.Ces cartes ayant servies à Coste et Bellonte lors de leurs tours de l’Amérique dit « Tour de l’amitié » effective de Septembre à Novembre 1930. Suite à leurs traversée du pacifique.Certaines d’entre elles portant des annotations, indications diverses et conditions météos de la main de Maurice Bellonte.Plus de photos sur notre site internet : http://www.oeildemercure.com/produit/costes-et-bellonte-documents-de-la-premiere-traversee-de-latlantique-sans-escale-en-avion-de-paris-a-new-york-1930/Costes and Bellonte – First crossing of the Atlantic non-stop by plane, From Paris to New York Register of 33 black and white interlaced cards and some colors in a mobile mahogany plate binding held by five 27×30 cm metal rings, accompanied by a transparent plastic bag with reinforced edges, 20 x 40 cm containing Corrections of the height of the Polar, to obtain the latitude and auxiliary tables for the year 1929. Used by Coste and Bellonte during their crossing between Paris and New York from 1 September 1930. Origin Maurice Bellonte. Costes and Bellonte were the first to connect Paris to New York without stopping aboard their plane « the question mark ». For this crossing, considered the most dangerous, because facing the contrary winds, it took them more than 37 hours of flight, with like a navigation instrument a TSF, compass, stars and maps.The noise is so strong inside the cabin that they carry Quies balls and exchange information on small papers. The cold is intense, they fly at 185 km hour at 1200 meters above sea level. They quickly find themselves caught in a storm, their speed drops to 120 km / h, Costes decides to pass it from below, they are at less than 350 m altitude …Arrived off the Canadian coast, the instruments drop, the TSF breaks down, the gyroscope is blocked; A guy also gave way, but the device is sturdy. On the other hand, the mist has arrived, Costes makes a nose to the device, according to the calculations of Bellonte, who holds the cards on the knees they are not far away … He is right: he writes to Costes « looks seagulls « A bar of clouds takes shape on the horizon, and then rocks, breakers. Costes sees a lighthouse, but the tide is low, impossible to locate with the maps, leaving the coast to starboard Costes descends … and precipitates the gas; They end up near the mature sailing boats they almost lost but they have a landmark now: the port of Halifax. In all, and for all, in this crossing to esteem, thanks to the maps and the craft of Bellonte, they deviated only 10 km. They then travel along the American coast in particularly harsh weather conditions.It is then that after 37 hours of flight they see in the sky two small apparatuses coming to meet them to accompany them to the airport of New York. On the ground more than 200 cars are parked in a hedge of honor, Linberg is there, with his wife, the President of the United States, personalities of all kinds and a crowd of 200,000 people come to cheer the heroes of the air.Here are the original maps that Bellonte wore on the knees, On the map of France a cross, above St Valery en Caux 10:46 gmt and two minutes later a position: 10:48 gmt 49 ° 052 Route True to 300. The « point Of interrogation « has just left the soil of France and springs for its historic journey, loaded with more than 5000 liters of gasoline. Costes writes in pencil « We drift a little to the left ».Bellonte in blue pencil notes the rectified Cape of the plane and the place of their flight « Isle of Wight ». The road leaves Cornwall over Tiperary they definitely leave the land to jump over the Atlantic. The arrival in America is confused, neither of them really know where they are, and the maps bear witness to this anxiety on one of them, perhaps the most moving of the whole, Bellonte wrote in large capital letters « HALIFAX » followed by an arrow.This is the decisive moment of the flight or Bellonte has just located the place where they are located. This moment is detailed in the memoirs of Maurice Bellonte, written in 1976 on the documents of the period, of which we append the original manuscript. The other maps of the American coasts bear the same tracings, this time more precise, of the road that will take them from Halifax to Boston, and then at nightfall, over New York.This atlas is a historical piece of the utmost importance in the history of aeronautics, but more importantly it marks the dawn of a new era: that of modern aviation and begins transatlantic air links.Thus, to the human adventure, the interest of the scientific advance is added. Bellonte, develops with his team of cartographers and meteorologists a navigation associating the astronomical landmarks with the data of the maps established by Kahn. A constant work of three years, which will revolutionize air navigation and pave the way for contemporary aeronautics.

Encyclopaedia Judaica

1973 Jerusalem, copyright Keter publishing House, 1973, In-4 Reliure entoilée illustrée. Couverture rigide. nimbreuses illustrationss. Excellent état.

17 volumes dont 1 d'index et le "Year Book" de 1973. Seconde édition basée sur l'Encyclopaedia Judaica (1928-1934 Eschkol Verlag), qui a été compilée à Berlin fondée et éditée par Jakob Klatzkin, Ismar Elbogen et Nahum Goldmann.L'incontournable ouvrage de référence sur l'histoire et la culture juive. Cette édition se distingue particulièrement par le fait qu'elle comporte plus de 2 000 illustrations, qui ne figurent pas dans l'édition publiée en 2006.(frais d'envoie non compris)

(...)

[manuscrit enluminé] Livre de mariage.

1981 19ff In8 en plein maroquin à grains bronze, monogramme en argent MR dans l’angle supérieur. 19 feuillets recto verso sur vélin fort, finement rehaussé à l’aquarelle, à l’or et à l’argent, monogrammés au nom des deux époux, signé et daté sur le dernier feuillet du 12 décembre 1900. Chaque marge occupés par des thèmes floraux à chaque fois différents, d’un grand soin, notamment dans le choix des coloris.Un ouvrage d’une délicatesse exquise dans une condition parfaite.

Revue de l’ouest littéraire philosophique et économique deuxième années janvier 1933 numero spécial «les saints bretons» (br)

1933, In-4 reluire originale, soubple, illustré de bois gravé et reprodutcions in et hors texte. 32ppTrès intéressante publication comportant une maple table des saints et de lieux cités.

Vue de Rouen en 1525

1911 Reproduction lithographique rehaussée d’aquarelles (estampe 53 x 120 cm, avec encadrement 61 x 128 cm), encadrement en acajou foncé, plaque de laiton «Rouen en 1525 d’après Jacques Lelieur», verre ancien, encadrement d’origine.

Le livre des fontaines est un manuscrit composé pour l’échevinage de Rouen , par Jacques Lelieur de 1519 à 1525, donnant l’emplacement des principales fontaines de la cité . L’ouvrage s’ouvrait sur une spectaculaire vue de la ville en 1525, qui est la plus ancienne vue connue de Rouen et la plus ancienne vue topographique d’une ville du royaume de France.Les quatre lés sur peau de vélin qui composent la peinture, furent extrait du manuscrit et très malheureusement repeints au 19ème siècle.A cette occasion il fut réalisé un tirage lithographique à petit nombre de rapport 1 sur 1 du manuscrit original, dans ses teintes originelles, présenté ici dans son encadrement d’époque .Au centre de l’image Jacques Lelieur s’est représenté offrant son livre aux échevins de la ville. Histoire Le 30 Janvier 1525 Jacques Lelieur conseillé de la ville de Rouen et secrétaire du roi offrait à l’échevinage de Rouen son luxueux recueil sur les sources et fontaines dépendant de Rouen Il fut chargé à partir de 1518 d’étudier et de localiser les sources et fontaines qui alimentes et traversent Rouen, le résultat fut cette magnifique vue de la ville dont la topographie scrupuleusement respectée propose un document exceptionnel sur la représentation d’une citée médiévale. En 1835 une description de cette peinture indique un fort état de délabrement, coupée et noircie, maculée elle était sic «cette belle page était menacée d’une prochaine destruction», elle fut extraite du manuscrit en 1843, restaurée, fixée sur toile et placée dans un cadre. Thomas de Jolimont entrepris une restauration parfois excessive notamment par l’utilisation de couleurs exagérément vives. Ce fac similé lithographié, exécuté avec un grand soucis du détail a la fois dans le trait que les coloris est au plus proche de sa version manuscrite originale. La bibliothèque municipale de Rouen a publié en août 2001 une très intéressante étude illustrée de ce plan que nous joignons à la gravure.

ANATOLE FRANCE

Histoire comique par Anatole France Illustrée d’un frontispice de vingt gravures et de vingt lettrines gravées au burin par Llano-Florez.

Librairie de France, 110 Boulevard Saint-Germain, Paris, 1926 1926, (2ff), 248 pp , (2ff) In 4 broché, non coupé, non ébarbé, dans un bel état de conservation. Tiré sur vélin d’Arches, comprenant l’état définitif des gravures, tirage limité à 370 exemplaires, n° 345

Très agréable édition illustrée de fines compositions cubistes par Llano-ForezPeintre-illustrateur art nouveau de type cubiste, il collabora à la « Gazette du bon ton ».

BOFA (gus)

ZOO

édition Mornay, Petit in-4 ( 250 X 195 mm ), broché sous couverture imprimée, rempliée et illustrée, non paginé. Édition originale et premier tirage. Avec 70 notices illustrées de 70 dessins à pleine page par Gus BOFA. Tirage à 1550 exemplaires. Exemplaires numérotés sur papier vélin Navarre n°509. Bel ouvrage.

CLARY (Joachim)

Album photographique du Japon (c. 1900)

Album photographique in-folio à l’italienne, 21 x 26 cm. Contenant 186 photos de format 8 x 6 cm, montées sur onglet par ensemble de 4, recto-verso sur carton fort. Reliure de l'époque, demi-basane noire frottée à coins. Un passionnant et superbe album composé à la fin du XIXe siècle, témoignant d’un voyage touristique en Birmanie (72 photos), puis au Japon (114 photos). Par un parti-pris tout à fait moderne, le photographe dans cet album s’est attaché à rendre compte de la vie quotidienne : combats de sumos en plein air, pilonnage des céréales, rues commerçantes, paysans sur les flancs du Mont Fuji, jeunes femmes en kimono, pousse-pousse, pagodes et jardins, couchers de soleil, étendards et banderole, scènes de pêche en bord de grève, cimetière shintoïste, jonques, ponts suspendus, etc.Bien que de format modeste et de tirage visiblement amateur, il se dégage de cet ensemble une ambiance envoûtante et mystérieuse. Cet album est l’œuvre de Joachim Clary (1875-1918) (mention manuscrite, signature autographe sur le premier contre-plat), japoniste de la première génération, ami intime de Marcel Proust, Lucien Daudet, Robert de Montesquiou, inspirateur supposé de Marcel Proust pour la partie japonisante de La Recherche du Temps Perdu. Il vivait lui-même en compagnie d’un valet japonais, ramené d’un voyage à Kyoto où ce dernier travaillait comme garçon d’hôtel. Il est l’auteur de L’île du soleil couchant, paru chez Arthème Fayard en 1912, roman sur le Japon cité par Marcel Proust dans une de ses lettres de novembre 1912. Un important album s’inscrivant dans la mouvance japoniste de la fin du XIXe siècle. Le japonisme en France eut de nombreux adeptes : des impressionnistes à Toulouse-Lautrec, des frères Goncourt à Marcel Proust. Mais très rares sont les témoignages de première main qui nous sont parvenus du Japon lui-même. Cet album en est la parfaite illustration. Radicalement différent dans sa conception des classiques albums de souvenirs rapportés par des officiers en escale, il exprime la fascination qu’exerçait Cypango sur les jeunes créateurs de la fin du siècle.

FRANCE (Anatole)

Histoire de Dona Maria d’Avalos et de Don Fabricio, Duc d’Andria, Manuscrite et enluminée par Léon Lebegue

Charles Grolleau,, In 8 de XXXIV (1), couverture et dos conservés ; relié en demi maroquin à coins orange, listels dorés, dos plat orné d’une composition mosaïquée à motifs de vasques, daté en queue 1904. Agréable reliure mosaïquée de Durvand.Un des 200 exemplaires sur papier Vergé d’Arches, accompagné d’une suite en noir sur papier de Chine, n° 96.

F. Thibaudeau

La lettre d'imprimerie

Paris. Au Bureau de l'Édition., XXV-410 pp + 416-698 pp 2 volumes in-8 (165 x 225mm) demi maroquin rouge à dos plat orné au petit fer, reprenant dans six caissons les vingt six lettres de l'alphabet, couverture et dos conservés, envoie de l'auteur. Reliure intéressante. Portrait de l'auteur par Bernard Naudin en frontispice, , 517 illustrations dans le texte et 65 planches hors texte souvent en couleurs. Impression sur des papiers différent. Ovrage imprimé entièrement avec les caractères dessinés par George AURIOL.

Exemplaire très décoratif sur l'histoire de l'impression et la typographie.

MEDVECZKI (Diourka) ; TOPOR (Roland)

MARGARET(titre provisoire)

Tapuscrit in 4 broché de 64 ff portant en page de titre « MARGARET (titre provisoire) / Scénario original de D. Medveczki et R. Topor » .

Scénario original inédit de premier jet d’un film de Diourka MEDVECZKI dont la réalisation prévue en 1970, fut abruptement abandonnée par le réalisateur qui décida de rompre tout lien avec la société. Étoile montante de la nouvelle vague Diourka Medveczki est un véritable météore qui ne produisit que trois œuvres durant sa courte carrière : « Paul » avec Bernadette Lafont, Jean-Pierre Léaud, Jean-Pierre Kalfon en 1969 ; « Marie et le curé » avec Bernadette Lafont et Jean Claude Castelli en 1968 et « Jeanne et la moto » Avec Isabelle Marcanton et Alain Fradisse en 1969. Les cahiers du cinéma reconnaissent alors « Un cinéaste dont on peut d’ores et déjà estimer qu’il est l’un des plus importants tournant en France », 1969. Il est vrai que l’œuvre a de quoi séduire, à mi chemin entre Pierre Buñuel et Jean Luc Godard son style est véritablement fascinant. Maniant un humour décalé, volontiers provocateur servi par une image aux plans audacieux et très construits. Compagnon de Bernadette de Lafont sa vie connaît un tournant au début des années 70, il divorce et traverse une crise existentielle qui l’amènera à choisir une vie d’ermite dans les Cévennes dans une maison en bois construite de ses mains et meublée de ses propres sculptures. Diourka est en effet sculpteur d’origine Hongroise qui connaît dans les années 60 une reconnaissance prometteuse, soutenu par Picasso à Valauris, il exprime une fougue et un talent que tous lui reconnaissent. C’est cet attrait pour les volumes qui l’amène au cinéma, il dit lors de son dernier entretien avoir voulu alors « faire un cinéma qui soit comme un bas-relief en mouvement ». « Margaret » désiré ardemment par la critique ne vit jamais le jour, ce film devait être l’aboutissement d’un cycle qui resta donc inachevé. Nous n’avons pas pu trouver de témoignage de la rencontre Topor-Diourka, mais à la lecture de cette très étrange histoire la réponse s’impose comme une évidence. La foisonnante imagination de Topor, son humour décalé rencontre avec Diourka une sorte d’alter-égo et nous ne pouvons que nous joindre à la cohorte des critiques se lamentant sur le fait que ce film énigmatique n’ai jamais vue de jour. En 2012, André S. Labarthe et Estelle Fredet ont rencontrés Diourka et ont réalisés un émouvant reportage « Diourka à prendre ou à laisser ». Est parut un coffret DVD regroupant ses trois films ainsi que le documentaire de André S.Labarthe et Estelle Fredet et le Documentaire « Bernadette Lafont exactement » 2007, que nous joignons à cet étonnant document. En quelques mots et sans déflorer la teneur du scénario voici un petit résumé de l’étrange histoire de « Margaret ». Sachez que le film se déroule dans une petite épicerie, qu’il y est question de vie étriquée, de séduction torride, de rats, et d’une petite fille qui dans ce monde désespérant apportera l’espoir d’une vie nouvelle. Diourka avait d’ailleurs imaginé ce rôle pour sa propre fille.

MICHAUX (Henri)

Jours de silence

Fata morgana, 1978, In-8 étroit.Edition originale tirée à 1800 exemplaires, un des 60 exemplaires numérotés sur Ingres d'arches, deuxième grand papier après 20 exemplaires sur Japon.

Edition originale de ce texte magnifique écrit juste au-dessus de ces jours de silence où s'entend l' "Eau lapée par la langue d'un loup".

MÉRÉ Charles

La danse de Minuit, pièce en quatre actes,

Paris, Libraire Théatrale, 11 Boulevard des italiens, 1924 1994 199pp Un des cinq exemplaires numéroté sur papier de hollande n° 4 avec envoie à Gaston de Pawlowski. In 8 relié en demie basane maroquinée verte à coins, dos à trois feux nerfs, mosaïqué orné au petit fer, tranche de tête dorée, légèrement frotté.Format à l’italienne afin de préserver les marges de queue, non coupé, non ébarbé très large de marges.

Charles de Méré auteur dramatiqeufracais (1883 - 1970) est l’auteur de 41 pièces de théatre dont 6 aux grands guignols, librettiste et réalisateur ou co-réalisateur d’une quinzaine de films réalisés à partir de ses œuvres, dont « Les trois masques » premier film parlant en 1929, « L’age d’or » 1942, « Goupi mains rouges » 1943 etc. Il travailla en collaboration avec Marcel l’Herbier, Jean Delannoy.

(Ouvrage collectif).

Paris, 1937.

1937 Paris, Imprimeries Daragnès Pour La Ville De Paris, 1937, In folio sous emboîtage rouge et bleu.

Tirage total à 500 exemplaires sur papier vélin des manufactures de Canson et Montgolfier (ex N° 206). Ouvrage collectif commandé par la ville de Paris aux plus importants écrivains, peintres et graveurs de la capitale, afin de célébrer la cité à l'occasion de l'exposition universelle de 1937. Les textes des auteurs et les gravures sont tous ici des créations originales. Valéry (Paul), Présence de Paris, gravures de Jean-Gabriel Daragnès et Pierre Dubreuil; Escholier (Raymond), Seine, berceau de Paris, gravures de Gernez et Jean Puy; Suarès (André), Paris vue de la cité, gravures de Henri Matisse et Vergé-Sarrat; Hautecoeur (Louis), Du Louvre aux tuileries, gravures de Albert Marquet et Léopold-Lévy; Daudet (Léon), Le quartier des Halles, gravures de A. Dunoyer de Segonzac et Pierre Falké; Gillouin (René), L'hôtel de ville, gravures de Antral et Clément Serveau; Brousson (Jean-Jacques), L'île saint Louis, gravures de R . Lotiron et G Ambroselli; Robiquet (Jean), Le Marais, gravures de G. Dureynoy et J. Le Tournier; Duhamel (Georges), La Montagne sainte Geneviève, gravures de Vlaminck et Kayser; Tharaud (Jérôme et Jean), Quartier latin, gravures de Othon Friez et Berthold Mahn; Champion (Pierre), Mon VIè arrondissement, gravures de André Derain et Constant Le Breton; Vaudoyer (Jean-Louis), Un jardin deux avenues, gravures de Van Dongen et J.Laboureur; Bauër (Gérard), Les Boulevards, gravures de Chas Laborde et Carlos Reymond; Giraudoux (Jean), Quai d'Orsay, gravures de Henri Lebasque et Jacques Boullaire; Morand (Paul), Le Champs de Mars, gravures de René Durey et André Lhote; D'Houville (Gérard), Mes Champs-Elysées, gravures de Raoul Dufy et Jean-Louis Boussingault; Bonnard (Abel), Jardins de Paris, gravures de Luc-Albert Moreau et Marie Laurencin; Bedel (Maurice), Faubourg Saint-Honoré, gravures de Pierre Bonnard et Jean Marchand; Cain (Julien), La Bibliothèque Nationale, gravures de Eugène Corneau et Maurice Berdon; Carco (Francis), Faubourg Montmartre, gravures de Edouard Vuillard et André Dignimont; Mac-Orlan (Pierre), Montmartre, gravures de Charles Camoin et D. Galanis; Hirsch (Charles-Henry), Belleville à vol d'Ame, gravures de Maurice Asselin et Maurice Savin; Romains (Jules), Belleville-Ménilmontant, gravures de Laure Bruni et Picart Le Doux; Cassou (Jean), Le Père-Lachaise, gravures de Edouard Goerg et Chériane; Colette, Bêtes, gravures de Gus Bofa et Guyot; Descaves (Lucien), De la Santé aux Gobelins, gravures de Jean Frelaut et Louis Neillot; Fargue (Léon-Paul), Montparnasse, gravures de Kisling et Louis Touchagues; Thérive (André), Petit-Montrouge, gravures de Gromaire et Roger Grillon; Dérème (Tristan), Songes de Passy, gravures de Edmond Céria et Roland Oudot; Claudel (Paul), Les églises de Paris, gravures de Georges Desvallières et Hermine David; Huisman (Georges), Les Musées, gravures de Gabriel Belot et Renefer

(Picasso)

Théâtre de Monte-Carlo. Programme officiel.

Paris, M. & J. de Brunoff, 1923, n. p. (40 p.) In-folio broché, couverture illustrée par Pablo Picasso. Bel exemplaire.

Programme pour l'année 1923 des Ballets russes à Monte Carlo. Orné de 6 dessins (lithographies?) par Pablo Picasso, caractéristiques de son style néo-classique de la fin des années 10 et du début des années vingt. Ce programme est également illustré de portraits photographiques des danseurs de la troupe : Lydia Sokolova, Léon Woizikovsky, Thadée Slavinsky, Felia Doubrovska, etc. Depuis 1917 et "Parade", la collaboration entre les Ballets russes et Picasso est fructueuse. La compagnie fait appel régulièrement à l'artiste qui donne une identité visuelle forte à ses spectacles ou comme c'est le cas ici avec ce programme.

Pierre Ramond

Archives de Mr Pierre Ramond cours et recherches manuscrites sur plusieurs années

Un ensemble de cahiers, classeur, notes, fiches, et travaux divers provenant des archives de Pierre Raymond. Ces cahiers qui représentent certainement plusieurs dizaines d’années de travail sont pour la plupart constitués de suites hiéroglyphiques traduites en phonétique et en français. Les cahiers et classeurs se rapportent à la fois à des travaux s’appuyant sur de papyrus cités et localisés qu’à des études globales et des interrogations ou résolutions de problèmes rencontrés. On peut cité par exemple le « papyrus éloquant », cinq forts cahiers de grammaire égyptienne (leçons de A.Gardinier), des travaux se rapportant aux recherches de Vandier sur le papyrus Jumilhac, des travaux effectués dans l’enceinte du musée du Louvre, un cahier consacré aux noms de villes, de rois et de lieux, sur les contes égyptiens, des cours, des travaux sur les divinités, des traductions parallèles des textes égyptiens, titres et fonctions, listes des offrandes, scènes de la vie quotidienne, un glossaire manuscrit français arabe (parlé du Caire), plusieurs centaines de fiches manuscrites inventoriant et traduisant les oushebtis détenus dans les principaux musées français, notamment d’Amiens, de Cahors, de Toulouse, de Bordeaux et de Marseille.

Pierre Ramond Egyptologue 1917-1983, correspondant de plusieurs sociétés savantes et l’auteur d’une étude sur les stèles egyptiennes du musée G.Labite a Toulouse et de plsuieurs pubications concernant le papyrus « varille » ainsi que la description du fond « egypte » du musée Toulouse Lautrec à Albi. Ses publications furent édités par l’institut français du Caire, il est également l’auteur de plusieurs articles sur les oushebtis dont il semblait d’après ses fiches s’etre constitué une collection personnelle et qui justifie les très nombreuses fiches bristols sur lesquelles Pierre Ramond a minutieusement décris et traduit les collections des oushebtis d’amiens, cahors toulouse, marseille ainsi que quelques collection particulières.

Queneau (Raymond)

Le dimanche de la vie

Paris, Gallimard - NRF, 1951., 306 p. In-12, demi-maroquin à coins, tranche supérieure dorée. Frottements -

L'un des 160 ex. sur vélin pur fil Lafuma-Navarre. E.O. Couvertures d'origine conservées.

RABELAIS (François)

Œuvres de RABELAIS Avec une notice par Maxime Formont

Paris, Alphonse Lemerre, Éditeur 1906 Petit In 8 étroit, TI : xxxii, 410pp ; TII : 278pp ; TIII : 297pp ; TIV : 277pp. Une très jolie édition imprimée sur papier fin non ébarbée, ornée de jolies lettrines, bandeaux et culs de lampes. Agréablement relié en demi maroquin tabac, tranche de tête dorée. Portrait de l’auteur en frontispice du tome premier.

SAMAIN (Albert)

Hyalis le petit faune aux yeux bleus

F. Ferroud 127 Boulevard St Germain, Paris,, Grand in 8 de (4) , 59 pp, (1) ;Relié en demi maroquin bleu nuit, dos plat orné à l’antique au petit fer, titre frappé or. Un exemplaire sur beau vélin teinté d’Arches n°550, agrémenté de planches en couleurs en un état. Couverture et dos conservés. Abondamment illustré de lettrine bandeaux, culs de lampes et compositions pleines pages. Reliure Signée de Durvand.

Agréables illustrations aux coloris acidulés par Mossa sur ce conte symboliste

Van Der Elsken (Ed )

[PHOTOGRAPHIE] Jazz

1959 Amsterdam, De Bezige, 1959., 96 pp. In-8 carré, quelques usures

Nombreuses photographies d'Ed Van Der Elsken lors de concerts de Miles Davis, Lionel Hampton, Jay Jay Johnson, Louis Armstrong, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, Chet Baker, Dave Brubeck, Lee Morgan, Benny Goodman, Dizzy Gillepsie, Sarah Vaughan, Count Basie, Coleman Hawkins. Edition originale (en néerlandais) de ce livre mythique sur la scène jazz des années cinquante.

Varin (René)

L'érotisme dans la littérature étrangère. Morceaux choisis de H. Lawrence à Henry Miller. La Littérature anglo-saxonne

Editions Lutécia, Lyon,1953, 352 pp. In-8 broché

Jaquette illustrée par Jef de Wulf. Anthologie de littérature érotique : Ernest Hemingway, Henry Miller, John Dos Passos.

Willy et Colette Willy

[Ensemble] Claudine à Paris, 1925 ; Claudine en ménage, 1924 ; Claudine à l’école, 1925 Claudine s’en va, 1925.

Les beaux romans, Henri Jonquières et Cie, éditeurs, Paris, 1924-1925

4 volumes In-8 en demi basane à coins de différentes couleurs : rouge, vert, bleu, marron ; dos à quatre faux nerfs, dos légèrement insolés. Exemplaire numéroté sur papier de rive, couverture et dos conservés pour chaque exemplaire (sauf pour « Claudine s’en va ») Collation : Claudine à Paris, 1925 : 261pp , 2ff, 3 bl ; Claudine en ménage,1924 : 216pp, , 1ff, 4ff ; Claudine à l’école, 1925 : 320pp, 3ff, 3 bl ; Claudine s’en va, 1925 : 216pp, 5bl