16 résultats

Catalogue complet d’eaux-fortes originales et inédites Composées et Gravées par les Artistes eux-mêmes Avec douze planches types divers

Paris, Cadart, 1874, 54 pp, tables Petit in-8 bradel, demi-percaline vert d’eau à coins, couverture conservée (signée Alfred Farges). Ex-libris symboliste gravé du grand bibliophile Victor Mercier.

Rare publication de la maison Cadart illustrée d’eaux fortes originales, certaines avant la lettre, placées en hors-texte. Comme le précise Cadart dans sa préface, « ceci n’est pas un livre, c’est un catalogue » recensant toutes les publications de la maison Cadart de 1868 à 1874. Parmi les noms cités, on note au passage ceux de Jongkind, Martial, Corot, Manet, Meryon, Bracquemond, etc.

Départ pour le Sabat. Arrivée au Sabat.

Paris, Chez Aliamet, 1755. 2 gravures sous cadre doré et vitre ancienne avec passe-partout (500 x 400 mm). Les originaux de Teniers faisaient partie du cabinet du comte de Vence d’après Aliamet. Ils sont aujourd’hui perdus. On connaît une copie peinte du Départ d’après l’original conservée à la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe (Maxime Préaud, Sorcières, BNF, p. 42), et une autre gravure par Vivant-Denon. CÉLÈBRES GRAVURES SUR LE SABBAT, FORMANT PENDANTS. BnF, catalogue Sorcières, n°62.

Ces fameuses représentations du Sabbat par Ténier David II le Jeune (1610-1690) font parties des œuvres de référence concernant la sorcellerie et ses pratiques au XVIIe siècle. Dans la première gravure le protocole du départ au sabbat est respecté à la lettre, la sorcière prépare les onguents nécessaires à l’envol dont les sorcières devaient d’enduire le corps, au sol est disposé le cercle magique qui permet aux créatures démoniaques de se matérialiser. Au second plan une seconde sorcière provoque l’envol en lisant les formules consacrées, la sorcière est nue chevauchant un balais et on devine ses transformations successives lorsqu’elle entre dans le conduit de la cheminée. Une main de la gloire est clouée sur le chambranle de l’âtre. Des démons de toutes sortes sont dans la pièce et des sorcières déjà transformées en chauve souris volent dans les airs. L’arrivée est tout aussi documentée, les sorcières arrivent dans le ciel éclairé par une plaine lune, sous forme de chauve souris ou de poisson volant. Transformées une fois arrivée sur les lieux elle débutent le rituel. Un être fantastique tient un balais surmonté d’une bougie qui a servit au vol de certaines d’entre elles. Les êtres démoniaques sorciers et bouques forment l’assemblée autour de la sorcière en chef. A ses pieds une mandragore entièrement transformée exécute ses ordres. Les œuvres originales de Ténier se trouvaient dans le cabinet de Mr le comte de Vence et ont été gravées par Aliamet en 1755. Ténier a gravé en 1633 une eau forte légèrement différente d’après son propre tableau, il existe de nos jours plusieurs répliques de ces peintures perdues dans les musées de Berlin et de Karlsruhe (Maxime Préaud, Sorcières, BNF, p. 42).BnF, catalogue Sorcières, n°62.

Vue de Rouen en 1525

1911 Reproduction lithographique rehaussée d’aquarelles (estampe 53 x 120 cm, avec encadrement 61 x 128 cm), encadrement en acajou foncé, plaque de laiton «Rouen en 1525 d’après Jacques Lelieur», verre ancien, encadrement d’origine.

Le livre des fontaines est un manuscrit composé pour l’échevinage de Rouen , par Jacques Lelieur de 1519 à 1525, donnant l’emplacement des principales fontaines de la cité . L’ouvrage s’ouvrait sur une spectaculaire vue de la ville en 1525, qui est la plus ancienne vue connue de Rouen et la plus ancienne vue topographique d’une ville du royaume de France.Les quatre lés sur peau de vélin qui composent la peinture, furent extrait du manuscrit et très malheureusement repeints au 19ème siècle.A cette occasion il fut réalisé un tirage lithographique à petit nombre de rapport 1 sur 1 du manuscrit original, dans ses teintes originelles, présenté ici dans son encadrement d’époque .Au centre de l’image Jacques Lelieur s’est représenté offrant son livre aux échevins de la ville. Histoire Le 30 Janvier 1525 Jacques Lelieur conseillé de la ville de Rouen et secrétaire du roi offrait à l’échevinage de Rouen son luxueux recueil sur les sources et fontaines dépendant de Rouen Il fut chargé à partir de 1518 d’étudier et de localiser les sources et fontaines qui alimentes et traversent Rouen, le résultat fut cette magnifique vue de la ville dont la topographie scrupuleusement respectée propose un document exceptionnel sur la représentation d’une citée médiévale. En 1835 une description de cette peinture indique un fort état de délabrement, coupée et noircie, maculée elle était sic «cette belle page était menacée d’une prochaine destruction», elle fut extraite du manuscrit en 1843, restaurée, fixée sur toile et placée dans un cadre. Thomas de Jolimont entrepris une restauration parfois excessive notamment par l’utilisation de couleurs exagérément vives. Ce fac similé lithographié, exécuté avec un grand soucis du détail a la fois dans le trait que les coloris est au plus proche de sa version manuscrite originale. La bibliothèque municipale de Rouen a publié en août 2001 une très intéressante étude illustrée de ce plan que nous joignons à la gravure.

Beauvarlet Charpentier

Le Troubadour, ou Les Etrennes d'Erato. Avec la musique des airs nouveaux choisis, ou composés par M. Beauvarlet Charpentier, professeur ; précédé d'un Calendrier pour l'an 1807

A Paris, A La Librairie Économique, 1807, Frontispice, titre, calendrier, 214 p., 63 p. gravées de chansons et romances avec partitions et texte. On joint : [Enfantina]Louis, ou Le Petit émigré. A Paris, Chez Langlumé et Peltier, 1835.... Beauvarlet Charpentier, Le Troubadour, ou les étrennes d’Erato : In-16, demi-basane, reliure de l’époque. Mors faibles. Louis, ou Le Petit émigré : In-12, plein veau marbré, dos orné, pièces de maroquin, reliure de l’époque. Usures aux mors et coiffes, quelques rousseurs. Les Fées, ou Choix des plus jolis contes propres à amuser l’enfance : In-12, pleine basane racinée, dos orné, reliure de l’époque. Manque à la coiffe de tête, mors fendus.

Pour le 1er : Frontispice gravé par Rochin, lavis original relié en vis-à-vis représentant un troubadour jouant de la harpe avec en arrière-plan des chevaliers se battant en duel. Pour le 2e : Illustré d’une gravure hors-texte en face de laquelle a été reliée la composition originale (lavis, aquarelle, rehauts blancs) représentant un soldat blessé après la bataille dans un vallon avec un enfant à ses côtés. Pour le 3e : Exemplaire illustré de trois gravures sur bois hors-texte par Martinet avec les lavis sépias originaux annotés et légendés au crayon représentant une jeune femme et un oiseau dans un intérieur, l’apparition d’une sorcière et la découverte de Fortunio. Ces très belles compositions portent des indications de placement dans la pagination. Rare ensemble de publications destinées à la jeunesse truffées de lavis originaux.

BOUDIN (Eugène) (1824-1898)[Considéré comme l’un des pères de l’impressionnisme]

Dessin original annoté

Circa 1860 Dessin original annoté. Tampon de la collection Louveau (LUGT 1694A)14 x 9 cm Intéressante esquisse par Eugène Boudin (1824-1898) représentant un paysage de bords de mer avec falaises, probablement Honfleur.

La première composition évanescente dans l’évocation d ‘un ciel chargé, porte des indications autographes.Eugène Boudin notait son ressentis ainsi que ses idées de couleurs au crayon d’une écriture affirmée :- en haut : « bleuté fer »- en bas : « violet fort »- soleil : « fond chaud J. ; Rouge rose de feu »- Et pour la mer : « lumineuse »- le sable : « fin ____ rouge »Ces indications suggèrent que Boudin, contemplant un coucher de soleil, a voulu en garder l’impression par ce beau croquis. On distingue au dos, par transparence plusieurs lignes autographes d’Eugène Boudin donnant des indications de teintes sur ce soleil levant.

BOUDIN (Eugène) (1824-1898)[Considéré comme l’un des pères de l’impressionnisme]

Dessin original annoté,

circa 1860 Dessin original annoté,Tampon de la collection Louveau (LUGT 1694A)15 x 10,5 cm Intéressante esquisses par Eugène Boudin (1824-1898) représentant des paysages de bords de mer avec falaises, probablement Honfleur.

L’esquisse représente la masse noire d’une falaise se détachant sur une mer lumineuse, simplement suggérée par un trait de craie. Au premier plan, on distingue ce qui pourrait être une barque ; la sureté du trait indique un croquis sans doute dressé en quelques instants.

BÉRANGER (Pierre-Jean de).

Oeuvres complètes de Béranger, truffée de dessins , lavis , lettres , croquis , augmentée de tirages sur blanc avant la lettres , photographie

Paris chez Perrotin & Chez les Marchands de Nouveautés, Paris 1847-1866 Œuvres composites reliés en 6 volumes, grands in 8 en demi maroquin rouge à coins, à longs grains, dos à cinq nerfs ornés au petits fers, filet doré bordant les plats, portant en tomaisons « Chansons I » ; « Chanson II », « Dernière chanson », « Ma biographie », « Musique des chansons », et « Supplément ». Et en queue les dates de 1857 pour les deux premiers volumes 1860 pour les deux suivants, 1865 et 1866 pour les deux derniers. Mors de deux volumes restaurés. Reliure signée de Champs.Exemplaire unique, enrichi 28 dessins et lavis, (19 lavis et 9 dessins) les figures en double états avant la lettre sur chine monté et avec la lettre sur blanc, truffé de deux lettre autographes de Béranger et d’un manuscrit original. Couvertures et dos conservés, truffé de prospectus sur papiers de couleurs, couvertures de livraisons. Les dessins et lavis au sépia et encre de chine sont signés de Penguilly (2), Charles Jacque (2), Lemud (15 dont celui du frontispice), les dessins à la mine de plomb sont par Messieurs Tony Johannot (7)

Détail des éditions : • Oeuvres complètes de Béranger. Paris, Perrotin, Éditeur, 1847 (2 vol.). •• Oeuvres posthumes ; Dernières chansons ; de 1834 a 1851 Paris, Perrotin, Éditeur, 1860 (1 vol.). Ces 3 volumes sont truffés de 28 dessins ou croquis originaux qui ont servis à l’illustration de l’édition placés en vis a vis de leur tirages (19 lavis et 9 dessins au crayon) : - Deux par Penguilly au lavis de sépia et encre de chine - Deux par Charles Jacque au lavis de Sepia - Sept dessins par Tony Johannot - Quinze par A. de Lemud au lavis de sépia dont celui du frontispice - Deux dessins à la mine de plomb non signé pour « Les cartes et les gueux », accompagné de l’épreuve à l’état d’eau forte pure inachevée. - Un billet autographe et deux lettre autographes signées (une adressée à l’éditeur Pérotin dans laquelle il évoque un différent opposant Perrotin à Georges Sand)- Un manuscrit autographe signé de la chanson « L’Opinion de ces Demoiselles ». ••• Oeuvres posthumes ; Ma BiographieParis, Perrotin, Éditeur, 1860 (1 vol.)(Comporte en frontispice le portrait en pied de Béranger en double état avant la lettre ainsi que toutes les illustrations en double état)•••• Musique des chansons ; Airs notés anciens et modernes. Paris, Perrotin, Libraire-Éditeur, 1865. (1 vol.)(la couverture conservée date de 1860) •••• Oeuvres complètes de Béranger. Chansons de Béranger ; Supplément. Paris, Chez les Marchands de Nouveautés, 1866. (1 vol.)L’album de supplément (chansons érotiques) n’a été tiré qu’à 175 exemplaires

(collectif)

Album de défets publicitaires

Paris circa 1840, In Plano pleine percaline rouge, Album de défets donnant des exemples de spécimens de publications romantiques, prospectus ou extraits, montés sur papier fort et sur onglets.Augmenté d’une suite complète de huit lithographies satyriques sur Paris extraite du Charivari illustrée par Malpeau, Jules David etc. imprimée par Aubert.

- Napoléon en Egypte par Horace Vernet; Gille Blas ; Quentin Durward par Fragonard ; Porret ; Paul et virginie de l’édition Curmer ; Le livre des enfants, Les mille et une nuits ; L’encyclopédie pittoresque du Calembour par Laurentz (avec des portraits charges de Victor Hugo, Balzac, Liszt) ; La comédie humaine, Édition Frune ; les Fables de La fontaine ; les vignettes de livre des enfants et des petits enfants imprimés couleur bronze; la série des physiologies par Daumier Gavarni et Trimolet ; les Scènes de la vie privée et publique des animaux par Grandville, les Français peints par eux mêmes etc.

COLLECTION DES PROSPECTS

[Boston]. Vue de Boston. Vuë de Boston vers le Cale du Port.

Augsbourg, s.d., Se vend a Augsbourg au Negoce commun de l’Academie Imperiale des Arts Liberaux avec Privilege de Sa Majesté Imperiale et avec Defense ni d’en faire ni d’en vendre les Copies.

COLLECTION DES PROSPECTSEstampes dites vues d’optique, de la première génération, sorties des presses d’Augsbourg en vif coloris d’époque (XVIIIe s.). Cette série de gravures à l’eau-forte représente des vues de villes du monde entier ou des sujets allégoriques et curieux. Les vues étaient destinées à être projetées à la lanterne ou vues ou regardées à l’aide d’un zograscope, appareil d’optique permettant de visionner sur les foires ou dans les cabinets de curiosités ces belles vues exotiques. On reconnaît ces tirages au titre inversé qui se trouve dans la partie supérieure de l’image. La série que nous proposons regroupe certains des plus rares thèmes de la production d’Augsbourg : New-York, Boston, ou ces deux très étranges images extraites de la comedia dell’arte portant en titre « collection des prostects theatrales pour servir aux cameres obscures et autres machines optiques ».A vue : 500 x 350 mm.

COLLECTION DES PROSPECTS

[Quebec]. Vuë de la Haute Ville a Quebeck. Vuë de la haute Ville a Quebec avec la Place pour aller a Cavalier du Moulin.

Augsbourg, s.d., [Quebec]. Vuë de la Haute Ville a Quebeck. Vuë de la haute Ville a Quebec avec la Place pour aller a Cavalier du Moulin.Texte en allemand et en français.

COLLECTION DES PROSPECTSEstampes dites vues d’optique, de la première génération, sorties des presses d’Augsbourg en vif coloris d’époque (XVIIIe s.). Cette série de gravures à l’eau-forte représente des vues de villes du monde entier ou des sujets allégoriques et curieux. Les vues étaient destinées à être projetées à la lanterne ou vues ou regardées à l’aide d’un zograscope, appareil d’optique permettant de visionner sur les foires ou dans les cabinets de curiosités ces belles vues exotiques. On reconnaît ces tirages au titre inversé qui se trouve dans la partie supérieure de l’image. La série que nous proposons regroupe certains des plus rares thèmes de la production d’Augsbourg : New-York, Boston, ou ces deux très étranges images extraites de la comedia dell’arte portant en titre « collection des prostects theatrales pour servir aux cameres obscures et autres machines optiques ».A vue : 500 x 350 mm.

DAUMIER (Honoré)

Album de 39 dessins au crayon de la serie des « Representans representes »

Album romantique de 205x260 mm, relie en basane maroquinee verte portant en super- libros sur le premier plat « Album ». Il se compose de feuillets de papier fort bleu montes sur onglets. Sur le verso de la premiere page, une table des matieres manuscrite.Les dessins au nombre de 39 sont colles a pleine page et certains d’entre eux sont decoupes, amputant une partie du dessin, ou sommairement replies en haut ou en bas. Certains dessins decoupes dans leur partie inferieure laissent deviner des ecritures au crayon qui ont ete otees. Un seul dessin, celui d’Anthony Thouret comporte une legende manuscrite.Le papier utilise est un papier fin, hativement decoupe. La plupart des dessins ont ete plies en deux ou en quatre. Certains semblent avoir ete mis sous enveloppe , certains ont ete dechires en tout ou partie puis recolles avec une bande en papier.

L’avenement de la republique en 1848 libere provisoirement la presse du joug de la censure.Une opportunite dont le journal satirique «Le charivari » s’empare immediatement pour entreprendre une charge vigoureuse contre les representants de la nation.Via le crayon feroce de Daumier le journal publie ainsi une galerie de portraits des elus de l’extreme gauche a l’extreme droite.Les «Representants representes». Publie de 1848 a 1849 dans les pages du journal puis sous forme d’album lithographie.La publication se deroulera a un rythme effrene offrant au public souvent pour la premiere fois la binette des representants a une epoque ou la photographie ne circule pas encore dans la presse. L’extreme dexterite d’Honore Daumier, son incomparable talent de dessinateur, atteint ici un sommet.Charles Baudelaire dans les curiosites esthetiques apparu chez Michel epi en 1868 exprima de facon incomparable la puissance singuliere de cette entreprise :« L’artiste y revela une intelligence merveilleuse du portrait ; tout en chargeant et en exagerant les traits originaux, il est si sincerement reste dans la nature, que ces morceaux peuvent servir de modele a tous les portraitistes.Toutes les pauvretes de l’esprit, tous les ridicules, toutes les manies de l’intelligence, tous les vices du cœur se lisent et se font voir clairement sur ces visages animalises ; et en meme temps, tout est dessine et accentue largement. Daumier fut a la fois souple comme un artiste et exact comme Lavater. (...).»Les temoignages de contemporains rapportent que Daumier travaillait a meme la pierre representant a l’envers les personnages.Il n’existait jusqu’a present aucune traces d’un travail preparatoire a ces publications. C’est cette lacune que comble le present album compose de 39 dessins avant impression emanant archives du Charivari.A cet ensemble exceptionnel nous joignons un album imprime sur blanc de la serie des «representants representes» augmente de deux tirages refuses et de sept epreuves sur blanc avant la lettre suivit de la serie de «Physionnomies de l’assemblee» imprimee sur blanc portant un timbre fiscal a 5 centimes.

DE BEAUVAIS Vincent

Le miroir historial _ Xylographie sur vélin

Paris Verard 1495-96 1495 Xylographie rehaussée à la gouache du tirage de luxe sur peau de vélin du frontispice extrait de Vincent de Beauvais ; Le miroir historial, 1495-96, (5 volumes in folio). Les éditions incunables d’Ambroise Verdard avaient pour certaines un tirage luxueusement imprimées sur vélin et rehaussés en couleurs, ces exemplaires précieux étaient destinés à une riche clientèle aristocratique parisienne. L’ensemble des cinq volumes du Miroir Historial ne possédaient que 5 xylographies.

Une intéressante illustration de la liberté que s’accordaient les peintres d’incunables par rapport au modèle imprime. Ici plusieurs personnages ont disparus afin d’alléger la composition qui représente l’auteur faisant don de son livre au monarque. Les visages ont été peints et modelés avec soin. On note l’usage d’or liquide en ornementation des Linteaux et pièces de costume. La comparaison avec l’exemplaire conservé à la bibliothèque de Lille également rehaussé montre bien le caractère unique de ces exemplaires prestigieux. Voir à ce propos l’intéressant article de Valeria Russo, “L’incunable du Miroir historial de Jean de Vignay (Bibliothèque municipale de Lille, Inc E 20-1 – 20-5)”.

DEVERIA (Achille)

Suite complète de 8 pièces - Types de femmes de différents pays

(circa 1830), Suite de lithographies en feuilles (510 x 360). Quelques mouillures éparse Suite complète de huit pièces, types de femmes de différents pays (Beraldi 370 à 377) avec en marge au crayon , d’une écriture XIXeme le nom des jeunes femmes ayant servies de modèles. La Française ( Elise Vimont), L’Italienne ( Zoé Champollion), L’Allemande (Madame Vatrin) , la Russe (Heminie Dubois), l’Espagnole ( Mme X), L’écossaise ( Mme du Coté) , la Hollandaise ( Laure Deveria), l’Anglaise 5Mme de Bruck). Une belle série de portraits romantiques par ce grand maître de la lithographie.

Jules MOIZARD (actif au XIXème siècle)

Albums de dessins, carnets de voyages d’un officier de marine entre 1861 et 1867 :Rio de Janeiro , Palerme, La remontée du Nil, Saint Malo

1861 et 1867 Un album de 25 dessins comprenant des paysages animés, maritimes, des études de figures, scènes de genre et un peintre à son chevalet. In 4 oblong 24 x 31,1 cm en cartonnage brun orné d’une composition du le plat supérieur. L’album comporte 25 dessins au rayon noir et estompe. Trois dessins sont sur feuilles collées, importantes rousseurs, taches. La majorité des dessins sont signés ou monogrammés, situés et datés entre 1860 et 1867Joint, cinq petits carnets. Contenu du grand album: - L’album débute par une vue de Bretagne _ Menhir Mochmener- autoportrait du peintre dans sa chambre - Vue de bord de fleuve en France - Une vue de Rio de Janeiro de novembre 1861, Le Corcovado - Rio de Janeiro Botafogo et le Coronado, décembre 1861- Une vue du 26 août 1860- deux autres vues de France - La Lagoa, 13.10.1961- Le pain de sucre, 26.10.1961Le peintre fait lavé ses chevaux dans la mer - La Gabia, 12.7.62- Une excursion à la Loge, 12 janvier 1862- Al campo, 12mars 1862- croquis d’une paysanne - La quinta del Senor Don Alejandro, avril 1862- Ile Fernando de Noronha coté N. E ? 20 octobre 1862- Sous le tropique du Cancer, 29 Octobre 1862- Une marchande de fruits à Rio de Janeiro, 19 janv 1863- (Retour en France) Au camp de St Aubin 1863- Au camp de St Aubin 1863- Exercice militaire - Quatre vues de Bretagne On joint cinq petits albums :-Un album comprenant 49 dessins au crayon noir, figurant majoritairement les environs de Saint-Malo, Trouville, Tréport par le même artiste, certains sont monogrammés, situés et datés entre 1830 et 1852.-Un album comprenant 29 dessins au crayon noir de paysages et études de figures.-Un album comprenant 48 dessins au crayon noir de paysages et vues animées d’Italie et d’Égypte. La plupart des dessins sont situés et datés entre 1873 et 1876-Un album de dessins comprenant 57 dessins au crayon noir figurant majoritairement des études de figures et de sculptures. Certains dessins sont situés et annotés.-Un album de 44 dessins de Cécile Ballot-Moizard, (probablement fille de Jules Moizard) au crayon noir et aquarelle, paysages et scènes intérieures. Certains sont signés, situés, annotés et datés 1916 et 1917On joint :-Trois panneaux : deux vues des Pyramides du Caire et une vue d’un temple, huiles sur panneau du même artiste, signées et datées en bas à droite et en bas à gauche « J. Moizard 1874 »

KIRSCHMANN [Johan]

De Funeribus Romanorum Libri Quatuor Cum Appendice, Nitidiffimis Figuris Illuftrati. Accessit et Funus Parasiticum Nicolai Rigaltii.

Lugd. Batav. Apud Hackios, 1672, 1 Ex-libris armorié « Jacques Vieillard », (1bl), 1 gravure en frontispice, 1 p. de titre, 6 feuillets (« Lecturis Salvere & Gaudere »), 16 feuillets (préface et divers), 1 gravure dépliante de R. de Hooge, 649 pp.... In-12, en plein vélin, dos plat orné d'un triple filet estampé à froid en tête et en queue, titre écrit à la plume.

Intéressante étude sur les cérémonies funèbres en usage chez les romains. L’ouvrage est illustré de belles gravures dépliantes hors-texte par ROMAIN DE HOOGE.

WIERIX Johan (1549-1615) D'après BUONARROTI Michelangelo (dit MICHEL-ANGE)

Le Jugement dernier

Fin XVIe siècle Belle épreuve légèrement jaunie, coupée au sujet avec des accidents restaurés au verso, petit manque. 31 x 22,8cm. Filigrane à la crosse la Bâle dans monogramme utilisé au XVIe siècle de 1520 à 1606, Gaudriault, Filigranes (…) p119 N° 488. Avant la signature te l’inscription sur la dalle. Portrait médaillon représentant Michel-Ange, le visage tourné vers la gauche, mention « MICHAEL ANGELUS BONAROTUS PATRICIUS FLORENT AN ANGENS LXXIII »C’est surtout par la gravure, permettant d’avoir une vue d’ensemble du jugement dernier, que la fresque de Michel-Ange obtint une reconnaissance universelle. Ce qui explique la prolifération des copies tout au long du XVIe et XVIIe siècle de cette œuvre majeure. Bel exemplaire ne tirage du XVIe siècle avant la lettre et d’un très bel encrage.