9 résultats

Andréa de NERCIAT

Félicia ou Mes Fredaines. & Monrose ou suite de Félicia

Amsterdam (sans nom d'éditeur) 1795 , TI : frontispice, 224, 4 gravuresTII : 240ppTI: xviii, 199pp, tables ; 1gravureTII: frontispice, 218, tablesTIII : 207pp, tables ; TIV: frontispice, 213pp, tablesSix tomes, grands in-16 reliés en plein maroquin rouge à longs grains, plats ornés d’un triple listel doré, dos à cinq nerfs orné de fleurons à l’or, tranches dorées, importantes dentelles intérieures. Reliure signée de Petit.

Andrea de Nerciat (1739-1802) est à l’image de ses romans un personnage hors du commun, lieutenant colonel de la garde des gendarmes du roi, il quitte la carrière militaire en 1775 et poursuit une vie d’aventure qui lui fera traverser l’Europe entière. On le voit en 1780 sous bibliothécaire, il réapparait en tant que directeur des bâtiment du prince de Hesse en 1783, il est a Paris où il compose de la musique des romans de comédies, pour enfin reprendre le métier des armes et devenir agent secret. Son goût du secret et de la duplicité le pousse sans doute à défier la censure par ses écrits scandaleux qu’il continuera de produire toute sa vie. Félicia ou Mes Fredaines publiés pour la première fois en 1775 et systématiquement poursuivit par la censure et l’église reparaîtra tel un Phoenix au cours de 18 ( !) rééditions clandestines. Mon noviciat ou les Joies de Lolotte paraît en 1792. Les Aphrodite de fragments Thali-Priapique en 1793, le Diable au corps en 1802. Son rôle sous la révolution n’est pas très clair, peu-être fut il policier pendant la publication de ses ouvrages licencieux, agent double, il est arrêté à Rome par les troupes françaises en 1798 durant 2 ans, il meurt peu après en 1802. A la différence du Marqui de Sade, son contemporain, les scènes de débauche décrites par Narciat sont exemptes de violence. Les scènes libertines les plus osées y sont décrites avec légèreté voir une pointe d’humour. Apollinaire dit de Nerciat qu’il était « l’expression la plus délicate et la plus voluptueuse du XVIIIe siècle ». Nerciat s’amuse en effet en écrivant et partage ses fantasmes débridés sans considérations métaphysiques, car sa plume est guidée par le plaisir du texte et l’envie de braver l’interdit.Monrose ou suite de Félicia parut initialement en 1792 sous le titre de « Monrose ou le libertin par fatalité, suite de Félicia » On reconnaît bien là l’humour de Nerciat. Monrose se trouve être le personnage dans « la Pucelle » de Voltaire, clin d’œil appuyé de l’auteur au maître du genre. Cette édition parut en 1795, ici somptueusement reliée en plein maroquin rouge par Petit est illustré de deux frontispices et treize gravures non signée par Borel pour Félicia et de quatre frontispices pour Monrose soit 17 gravures en tout. Certaines de ces images sont très libres et d’autres plus allusives. Un chef d’œuvre de littérature érotique, en reliure de Petit.Rare et bel ensemble

Beauvoir (Xavier de, alias Eric Losfeld).

Cerise ou le moment bien employé.

Les Chimères, 1955, 128 p. In-8 broché avec jaquette.

Frontispice illustré représentant une jeune femme. Tiré à 500 ex. Edition originale Très rare tête de collection de cette série mythique

Fréron (Eli-Catherine) ; Colbert (D’Estoutville)

Les vrais plaisirs ou amours de Venus et d’Adonis

A Amsterdam, chez Pierre Mortier, Libraire, 1750, Frontispice gravé « Le triomphe de l’amour », 1ff, 78pp, 1bl ; Suivit d’un texte anonyme « À ma chère amie, c’est votre ouvrage que je vous offre, votre seule idée l’a inspirée ». 130ppIn-12 en plein veau miel glacé, dos plat orné, grande pièce de titre frappé à la verticale, plats ornés d’un triple filet, tranches rougies, fine dentelle intérieure.

Seconde édition de ce texte classique, véritable traité de la volupté. Suivit d’un texte anonyme et sans page de titre débutant par un panorama des auteurs de second rayon et se poursuivant par une analyse poussée de la nature du désir, de la jouissance. Et du plaisir charnel. Fort rare.

[HANCARVILLE, Pierre-Francois Hugues, dit d']

Monumens de la vie privée des douze césars. D’après une suite de pierres gravées sous leurs reignes

à Caprée, Sabellus,, XII – 196pp, frontispice et 50 planches gravées sur fond noir de scènes érotiques parfois très crues dans des médaillons encadrés dans le style de l’antique à thèmes de guirlandes, rinceaux et décors. Chaque pierre gravée de cette suite imaginaire est commentée et abondement décrite sur la base de citations extraite des classiques afin de crédibiliser la description du gemme licencieux.

In-4 en plein veau porphyre, dos orné à cinq nerfs, orné de fleurons, pièce de titre en maroquin rouge, triple filets doré en encadrement des plats, tranches dorées. Exemplaire large de marges imprimé sur papier fort.Édition originale Bel exemplaire ce curiosa particulièrement imaginatif.

H.M. (Losfeld Eric)

CURIOSA - Cécile Coquerel, tailleuse de plumes

Genève, 1956., 125 pp. In-8 broché

Interdit en mars 1961 Dutel 1167.

L’Abbé Prévost

Histoire de Manon Lescaut et du Chevalier des Grieux Illustrations de Charles Martin

Paris, La Méridienne , 1934 In 4 de 212pp, Tirage unique d'exemplaires numérotés sur vélin des papeteries Navarre, n°1859. Belles compositions de Charles Martin colorées au pochoir.Agréable exemplaire en demi maroquin à coins aubergine de cet ouvrage dans lequel Charles Martin a pu déployé toute sa verve.

Longus

Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé

[Paris, Coustelier] , 1731, (7) ff, 159 pp., XX (notes) In-12, plein maroquin rouge, filet à froid, fleur de lys aux angles, dos orné de même, pièce de titre de maroquin, roulette intérieure, tranches dorées (reliure d'époque)

Edition illustrée d'un frontispice et 8 figures par Scotin, d'un fleuron et 4 vignettes non signés. Le frontispice et les 8 figures de Scotin ont été remplacés dans cet exemplaire par les figures dites du Régent, comprenant un frontispice par Coypel (portant la date 1718), 28 superbes figures dont 13 doubles, gravés par Benoît Audran d'après les dessins du Régent Philippe d'Orléans, et la figure aux Petits pieds, gravée en 1728 et attribuée au comte de Caylus. La suite du Régent avait été gravée pour illustrer l'édition de 1718. Ex-libris moderne : S.F Charrot. Manquent 2 planches de la suite. Plaisant exemplaire en maroquin du temps, "truffé" d'illustrations, de ce roman leste comprenant la figure presque toujours manquante dite "des petits pieds". Quelques rousseurs. Reliure frottée, une coiffe arrachée.

(n.d.)

CURIOSA - Le roman de Violette

Eric Losfeld, 1954, 121 pp. In-8, Couverture rose éditeur

Réédition d'un classique de la littérature libre. Un des 470 exemplaires numérotés (n°96)

Voltaire

La Pucelle d'Orléans, poëme, divisé en vingt chants, avec des notes. Nouvelle édition, corrigée, augmentée & collationnée sur le Manuscript de l'Auteur

S.l. (Genève, Cramer), 1762., VIII, 354 p. In-8, plein veau marbré, dos à 5 nerfs orné de fleurons, pièces de titre, tranches rougies, reliure de l'époque. Frottements, coiffe supérieure endommagée, mors faible (avec un manque).

"Première édition avouée par Voltaire. Le poème est précédé de la Préface de Don Apuleius Risorius, bénédictin, composée pour cette édition qui comporte de nouveaux chants (.). En outre, de nombreuses additions et corrections ont été apportées et l'on n'y trouve pas les vers concernant Louis XV et Madame de Pompadour. Enfin, des notes sont ajoutées au bas des pages. L'erreur de pagination commence à la p. 273, chiffrée 277" (Catalogue BNF, Voltaire, n°1902 ; Bengesco n°488).