L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

SANCHEZ (Thomas) – Disputationum de Sancto matrimonii sacramento (Débats sur le saint sacrment du mariage)

SANCHEZ (Thomas) – Disputationum de Sancto matrimonii sacramento (Débats sur le saint sacrment du mariage)

400,00

Anvers, Martini Nutii & Ioannem Meursium, MDCXVII (1617)

TI: page de titre, (2ff), index (7ff) ; 500 pp / TII : 404pp / TIII : 408pp; indexe (33 ff) . Tomes II et III sont reliés en un même volume.

Deux volumes in-folio en plein veau brun, dos orné de fleurons, pièce de titre et de tomaison en maroquin rouge, tranches rougies. Page de titre bicolore rouge et noir, intérieur frais orné de cul de lampes et marques d’imprimeurs. Quelques manques en coiffes supérieures et inférieur ainsi que sur les plats. Edition augmentée.

 

 

Catégories : ,

Description

On peut soutenir que la vie sexuelle de l’Occident catholique a été organisé, codifié et en tout cas minutieusement décrit par un jésuite espagnol, le père Thomas Sanchez, né à Cordoue en 1550, mort à Grenade 1610.

Ce casuiste passa toute sa vie à la rédaction et à la correction d’un ouvrage célèbre, Disputationes de sancto matrimonii sacramento, que l’on cite souvent sous une forme abrégée, De matrimonio.
Cet ouvrage savant était destiné à tous les confesseurs et à tous les directeurs de conscience e contenait en matière sexuelle, tous les cas, toutes les variations possibles qui pouvaient se présenter à leur sagacité. Sanchez avait amassé une documentation prodigieuse et il s’efforçait de n’omettre aucune espèce de péché, aucun détail pouvant aider le confesseur. De là l’obscénité extraordinaire de son œuvre, qui est au demeurant, un livre de base, souvent cité et imité par d’autres ecclésiastiques comme père Billuart et le célèbre monseigneur Bouvier, auteur de Manuel des confesseurs.

On raconte que père Sanchez, constamment assailli, et pour cause, d’images libidineuses qui lui échauffaient les sens, ne buvait que de l’eau et évitait de manger du poivre ou d’autres épices. Il se tenait assis sur un banc de marbre et, quand la chaleur de son corps avait échauffé la pierre, il faisait le tour de sa table et allait s’asseoir sur un autre banc, de l’autre côté. Enfin, il avait observé que le meilleur moyen de chasser les mauvaises pensées était e tenir constamment ses pieds, quand il écrivait, à dix centimètres au-dessus du sol.

Le père Sanchez devin une sorte de célébrité. On venait le consulter de loin et les exposer les cas les plus difficiles, auxquels il prenait le temps de réfléchir avant de répondre. Dans certains cas, ce à tourner à la mystification du savant casuiste.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “SANCHEZ (Thomas) – Disputationum de Sancto matrimonii sacramento (Débats sur le saint sacrment du mariage)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *