L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

Où l’on apprend qu’il vaut mieux être riche et bien portant, que pauvre et sans situation en 1810

Où l’on apprend qu’il vaut mieux être riche et bien portant, que pauvre et sans situation en 1810

450,00

Etat Sommaire des arrêts définitifs, portant condamnation, rendus par la Cour de Justice Criminelle- Spéciale du département du Pas-de-Calais, séant à St-Omer, pendant le mois d’Aout 1810, et de ceux qui, après pourvoi en cassation sont devenus exécutoires.

Important placard formé de quatre feuillets assemblés (48×113) à l’entête de l’empire français surmonté de l’aigle impérial.
En bas, sur la dernière feuille « Certifié par nous procureur-Général-Imperial, près de la Cour de Justice Criminelle-Spéciale du Département du Pas-de-Calais, à St Omer, le 31 Aout 1810 »

Spectaculaire et rare affiche destinée à être exposée au publique, des procès qui se sont durant le mois d’aout 1810 à Saint-Omer.
Le tableau distribué en six colonnes occupe l’intégralité du placard : date des jugements, noms, prénoms, domiciles, âges et professions des condamnés, natures et lieux du délit, peine prononcée, indication de la loi qui a motivée l’avis de peine, signalement.

Aimable Joseph Tartare âgé de douze ans, apprentis tisserand, demeurant à Eper Lecques accusé d’un vol de sept à huit francs est acquitté du crime, et néanmoins condamné par arrêt de la Cours de Justice criminelle du premier aout dernier à être élevé et détenu dans une maison de correction jusqu’à ce qu’il ai l’âge de seize ans.

33 ans couturière, a enlevé plusieurs boites de haricots dans un champs, elle est condamné sur appel à six mois d’emprisonnement et aux frais.

En revanche Nicolas Grégoire Bocquet, vivant du revenu de ses biens, convaincu d’avoir frappé hors cas de légitime défense un garçon d’écurie est condamné sur appel à dix francs d’amande.

Le dix-sept aout 1810, Jean Buleux, journalier, condamné d’avoir volé du tabac en feuilles est condamné à huit ans de fer, six heures d’exposition au poteau avec indicatif de ses noms prénoms âges et profession, domicile, et la cause de la condamnation.

Sabine Miquet, mendiante a volé une chemise qui était à séché, elle est condamné à un mois d’emprisonnement et aux frais.

Augustin Bernard, âgé de 25 ans, chaudronnier, convaincu d’avoir une montre qu’il voulait prétendument acheter a Barthélémy, condamné sur appel à un an d’emprisonnement et aux frais.

En voyant la sévérité de la peine infligée à Jean Buleux: 8 ans de bagne pour le vol de quelques feuilles de tabac on ne peut que songer à Victor Hugo et à Jean Valjean des Misérables.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Où l’on apprend qu’il vaut mieux être riche et bien portant, que pauvre et sans situation en 1810”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *