L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

[Manuscrit] Les convulsionnaires

[Manuscrit] Les convulsionnaires

5000,00

Deux volumes manuscrits in-8, velin teinté vert, d’une écriture à la plume appliquée et très lisible.

La destruction de l’abbaye de Port royal « rasée par la poudre en 1712 » laissa la communauté Janséniste dans un grand désarroi. C’est sur les ruines mêmes de la vénérable abbaye que les fidèles vinrent exprimer leurs malheur. Certains d’entre eux trouvèrent en la personnalité du jeune diacre Paris une consolation à leur désespoir. Malheureusement le jeune prélat décède prématurément plongeant, une nouvelle fois, la communauté orpheline dans le chagrin et le doute. C’est pour exprimer ce désarroi qu’ont lieu dans le cimetière St Médard sur la tombe du diacre les premières manifestations hystériques donnant lieu à de spectaculaires guérisons miraculeuses. Ces manifestations jugées contraires à la morale et portant atteinte à l’ordre publique sont alors interdites. Les acteurs de ces scènes scandaleuses furent arrêtés et chassés du lieu. C’est ici que commence l’un des épisodes les plus étranges de l’histoire du Jansénisme, connus sous le nom de « Convulsionnaires ».

Les adeptes des ces séances de transe collective se retrouvent alors dans des structures clandestines, où aidés par quelques figures particulièrement talentueuses, ils vont se livrer aux « convulsions », au dédoublement de personnalité et au somnambulisme.

Ce qui fait le caractère extraordinaire, voir unique de ces cérémonies c’est que, tradition janséniste oblige, il est décidé que chacune d’entre elles soit consignée dans une sorte de procès verbal collectif. Plus surprenant encore est la manière dont les participants atteignent l’état de transe : par la douleur et la mortification. Coups de buche sur la tête, les membres et le torse, étouffement, écrasement, voir crucifixions à même le sol ou sur une croix, utilisations d’épée, ingestion de cendre mêlée d’absinthe, sont les ingrédients (« les aides ») utilisés par les membres du cercle sur l’officient. Dans nos cahiers parfois plus de 100 coups de buches sont nécessaires pour arriver à l’extase, le résultat est tout aussi stupéfiant.

Chaque séance résumée porte en titre une phrase à la consonance étrange sensée résumér la prestation de l’officiant : « armes humaines larmes divines » (le 16 février 1733, p14), « bonheur des souffrances » (16 mars 1733, p17) , « Epouse humiliée, croix, nouvel home, faux guides, bâtiments détruits assemblés des persées » (Le 3 avril 1733, p130), « voile déchiré par les souffrances » (16 avril 1733, p197) , Tome II : « Vraie prière créature nouvelle : statue de feu, feu dans la boue» (1er mai 1733, p1), « Vers et pourriture devenus des docteurs : pays ou Dieu seul parait grand » (8 septembre 1733, p193), « Etre brisé pour être rétablis, persécuteurs devenus une nourrice. Fièvre salutaire. Combat contre le démon » (28 décembre 1733, p217).

Ces deux cahiers rendent compte de façon quasi-exclusive des prestations du frère Pierre c’est à dire, Pierre Olivier Pinault, avocat au parlement et à conseils, dont on connait un portrait lithographié le représentant en buste, avec une perruque, feuilletant un grand infolio, sa toge de magistrat pendu derrière lui. Pierre Olivier Pinault arbore un bon sourire alors que son visage porte nettement les stigmates des coups reçus lors de ses séances.

Les séances sont extrêmement détaillées dans leurs déroulé, on y décrit, les meubles, l’endroit ou se trouvent les participants, les coups portés, les cris. Le secrétaire note par exemple lorsque le convulsionnaire change de voix ou de personnalité, il décrit également sa gestuelle et ses mimiques (effroi, extase), l’ensemble est à vrai dire très théâtral.

En voulant convoquer la bonne parole et éclairer le message évangélique, les convulsionnaires ici par la voix de frère Pierre ouvrent les portes d’un nouvel univers qui stupéfie les assistants. Que penser de ces longues métaphores La barque, les frelons, la pêche et la lessive. Que faire de ces voix d’enfants … l’embarras de l’assistance est à la hauteur de sa stupéfaction.
Le message est brouillé et plutôt que d’éclairer la parole divine, il l’obscurcit en mêlant les méandres de l’âme humaine et de ses terreurs au message divin. Que pensaient les participants en entendant frère Pierre entamant avec une voix d’enfant un improbable dialogue avec le prophète Elie ? Pourquoi soudainement, se réfugie-t-il terrorisé sous un lit ?

 

Les cahiers des convulsionnaires offrent un cas de figure unique dans l’histoire des idées et du XVIIIème siècle. Ces procès-verbaux, les premiers du genre, rendent compte de la partie obscure de l’humanité que nous nommons de nos jours – l’inconscient -.   
Les convulsionnaires, à leur corps défendant, sont les explorateurs involontaires d’un monde qui leur est inconnu.

Leurs témoignages les situent à la croisée de plusieurs réalités que psychanalystes et surréalistes investiront deux siècles plus tard.

Ci dessous la liste des discours contenus.

Rupture de stock

Description

Le tome premier contient les discours du frère Pierre Olivier Pinault du 31 janvier jusqu’au 22 avril 1733 p1- p235. Le second tome p1-p 261 recueille les discours du frère Pierre du 1er mai jusqu’au 28 décembre 1733. A la fin de ce Tome les Conversations du frère Pierre avec le prophète Elie de 1732 à 1744 ont été intégrées.

Le premier Tome contient 38 convulsions, le second tome recueille 20 convulsions et 5 conversations du frère Pierre avec le Prophète Elie et un Discours du frère Pierre du 5 mai 1739 dont il est dit qu’il a été rendu public en mai 1742.

 

Tome I : Recueil de discours du frère Pierre, c’est-à-dire, Monsieur Pierre Olivier Pinault avocat au parlement et a conseil, contenant les discours depuis le 31 janvier jusqu’au 22 avril 1733.

 

Liste des discours :

-Discours du 31 janvier 1733

-Discours du frère Pierre en convuls, le 8 février 1733, dimanche de la sexag. Procès entre Dieu et l’homme. (p 5)

-Discours écrit par RRF, Pierre étant en convuls le 15 février 1733, conversion des juifs, restes réservés par les gentils (P 13)

-Discours écrit en convulsion par frère Pierre, le 16 février 1733 armes humines larms divines. P 14.

-Discours écrit par Frère Pierre en convulsion le 17 février 1733, confiance et Dieu unique remède dans les mieux ? et particuliers (P 15)

-Discours du frère Pierre le 16 mars 1733, à 4 heures du soir, Charbons et poussière (P 17) changement d’écriture

-Deuxième convulsion du même jour

-Frère Pierre, le 17 mars à 11 h et demi du soir, symboles des serpents, Babylone (P 22)

-2ème convulsion du même jour à minuit (P 23)

-Discours du frère Pierre en convulsion du 17 mars 1733 (p 25) changement d’écriture

-18 mars à Minuit, prière au nom de Juifs p 33

-19 mars à 11 heures et demi du matin (P 35)

-Le même jour à midi et demi (P 38)

-Discours écrit par le frère Pierre le 19 mars 1733, à une heure et demi (p 39)

-Discours du 20 mars à 11 heure du soir 1733, bonheur des souffrances (P 45)

-Autre discours du même jour, Préparation aux souffrances, force du sang des victimes qui détuisent Babylone ?, vestes résevés (p 47)

– Discours du 21 mars à 7 heure du soir, joye dans les souffrances (P 52)

– Discours du 22 mars 1733, à minuit p 57

– Discours du lundi 23 mars 1733 à 10 h du soir

-Discours du 24 mars 1733, Incarnation, pied mis a la tete. Reliques (P 77) (4 convulsions)

-Discours d frère Pierre, le 26 mars à 6 heures du soir, poussière arrivée du sang de JC ruine de Babylone, Dieu couvert d’un voile (P 85)

-Discours du Frère Pierre le 29 mars 1733, à 11h du soir, (P 93)

-Deuxième convulsion du frère Pierre, le 29 mars 1733 (P 96)

-3ème convulsion du frère Pierre du dit jour 29 mars 1733 (P 98)

-Discours du frère Pierre le 31 mars 1733, à 10 h du soir (P 105)

-Discours du 1er avril à 10 h du soir 1733, Eglise veuve désolée, consolations que Dieu lui destine, Infidélité de St Pierre ? Pêche, frelons (p 117)

– Le 3 avril 1733, Epouse humiliée, croix, nouvel home, faux guides, bâtiments détruits assemblés des persées ? (P 130)

-Discours du IV avril à 9 h du soir, les trois fosses (p 133) (deux convulsions)

-Discours du 5 avril 1733, jour de Pâques à 11 h du soir, citadelle reversée ? ( P 161)

-Discours du 10 avril 1733 (p 165)

-Discours du frère Pierre du 16 avril 1733, Epouse victorieuse par la croix : victimes, sauve son âme : soldats du seigneur : goujats (p 173)

-14 avril 1733, vers midi et demi, le frère Pierre à P R des champs, priant a côté de frère antoine sur les débris de cette maison il a été renversé tout d’un coup, a gémit quelque temps et à dit (p 189)

-Autre discours du frère Pierre le 14 avril 1733, livre fermé, double yvresse (p 194)

-Autre discours du frère Pierre d 16 avril, voile déchiré par les souffrances, p 197

-Discours du frère Pierre du 18 avril 1733 à une heure de l’après-midi sur les ruines de PR, p 201

-Discours sur les différents états par lesquels la religion a passé, du 19 avril à 9h et demi du soir, p 205

-Discours du 21 avril 1733, Frère Pierre, cieux descendus sur la terre, qui sont ceux qui connoissent Dieu : Double livre ? p 213

-Discours du frère Pierre du 22 avril 1733 à 9du matin, Profanation, sentence écrite contre les profanteurs, p 229

Tome II : Recueil de discours du Frère Pierre, contenant les discours depuis le 1er mai jusqu’au 28 décembre 1733.

Liste des discours :

-Discours du 1er mai 1733 : Vraie prière créature nouvelle : statue de feu, feu dans la boue (P.1) – voici transcrit la teneur d’une de ces séances :           

« Après s’être prosterné les bras étendus, il croque des os de P R qu’on lui avait donné et les avale avec joie sur quoi la St dit. Elle se traîne sur la tête. Elle se glisse en reculant. Elle s’étend et fait une personne qui nage, elle avance en nageant et dit (…) parlant à Dieu avec un ton et la familiarité d’un petit enfant qui parle à son père. Avec un ton d’enfant qui lui est très ordinaire elle continue. Il change de place (frère Pierre), subitement, se traîne sr les genoux et les mains. Le frère et la sœur parlent ensemble un jargon inintelligible aux assistants assez longtemps le frère a dit depuis qu’il s’entendait bien et qu’il parlait d’Elie. Le frère se ? la poitrine avec les poings. P 17 moments où il coupe les gens comme des arbres. Elle fait plusieurs croix. »

-Discours du 2 mai 1733 : à 7 heure du soir, Réunion du frère avec la sœur M : Arbres coupés pour un sacrifice colère du seigneur, chercher un azyle dans la retraite et l’obscurité (P.9)

-Discours du 6 mai 1733, à 10 heure et demi du soir : Voyage (P25)

-Discours du 11 mai 1733 (P 33)

-Discours du 12 mai 1733 10 heure du soir :Géant dans la fosse, pasteurs et brebis armes divines (P 49)

-Discours du 13 mai 1733 à minuit : Peuple rejeté, nouvelle cité ou la lumière est placée :Terre renouvelée (P 69)

-Discours du 14 mai 1733, du soir jour de l’ascension Les humiliations de la croix conduisent au triomphe, il faut devenir petits pour être sur la croix (P 74)

-Discours du 17 mai 1733 : Combat avec des bêtes féroces (P 85)

-Discours du 19 mai à neuf heures du soir : Colosse renversé, le triomphe de la croix (P 97)
« Il y eut plusieurs symboles représentés ce jour-la par les 4 convlsionnaires, dont on ne dira que les principaux traits. A et B allèrent d’abord dans le jardin, firent plusieurs courbes et déracinèrent tous les maubais arbres qu’ils rencontrèrent et allèrent jete dans un assin plein d’eau. Ils examinèrent ensuite les bons arbres pour voir s’ils portaient du fruit, puis des planches d’herbes mais comme ils ne dirent rien, ou peu de cose nous passerons à un autre ymbole qui fut plus suivi. »

-Discours du 21 mai à 10 heures et demi du soir : Attente du Saint Esprit, sécheresse universelle. Tas de boue dans le ciel : Etoiles dans la poussière, cieux nouveaux. (P 109) (Grosse écriture)

-Discours du 26 mai 1733 : Maladie de l’Eglise (p 121) (A la fin de ce discours il est dit : « Il y a un autre discours du 26 mai à la fin du volume »

-Discours du 27 mai 1733 : Fosse où descend la lumière, balance où tout est pesé (P 125) (Nouvelle écriture)

– Discours du 29 mai 1733 : Assemblée des 6, Babylone détruite, restes réservés, conversion des Juifs (P 137). « Il y avait 6 convulsionnaires que je désignerai par A B M D O et H. A et B tombèrent en convulsion. A alla chercher dans une cave d’où on fit longtemps de vains efforts pour l’en faire sortir. B le tourmenta beaucoup pour tirer A de l’obscurité, appelait Dieu à son secours, et enfin, après avoir longtemps crié il vint à bout de le tirer de la cave. A qui vint se prosterner dans la chambre et faire la prière suivante. »

-Discours du 2 juin 1733 Pénitence, prière, calvaire (P 161)

-Discours du 17 aout 1733 à 8 heures du soir : Pierres ensevelies dans la fosse (P 189)

-Discours du 8 septembre 1733 : Vers et pourriture devenus des docteurs : pays ou Dieu seul parait grand (P 193)

-Discours du 21 septembre ( ?) 1733 : Nourriture horrible (P 205)

-Discours du 28 décembre 1733 : Etre brisé pour être rétablis, persecuteurs devenus une nourrice. Fièvre salutaire. Combat contre le démon (P 217)

-Le même jour à 6 heures du soir : Combat contre le démon (P 227)

-Discours du 26 mai 1733 à 9 heure du soir : voix de Dieu qui se répand partout, trinité vangée ( ?) des outrages reçus ( ?)

-Conversations du prophète Elie avec le Frère Pierre année 1744 (Page 244)

-Première conversation

« C’est une profession de foi, peuple coupable plus que tous les autres. Tous ces ragouts de convulsionnaires, d’eau, de sang, de cendres, d’absinthe (P 246) qui vous rebutent si fort seront mes repas ordinaires. Important jeûne qui failli tuer Monsieur Didier. »
-Deuxième conversation (P248)
-Troisième conversation (P249)
-Quatrième conversation du même jour première prose (P 252) seconde prose (P 254)

– troisième prose (P 255)
-Discours de convulsion ordinaire du frère Pierre pendant le diné à Voisin (P 256)
-Cinquième conversation du 12 juin (P 257)
-Discours du frère Pierre du 5 mai 1739 ce discours n’a été rendu public qu’au mois de lai 1742 (P 259)
-Caractère de ce siècle frère Pierre (P 261)

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “[Manuscrit] Les convulsionnaires”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *