L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

[Manuscrit] Le journal intime d’un parisien sous l’empire

[Manuscrit] Le journal intime d’un parisien sous l’empire

2200,00

Très larges fragments d’un journal manuscrit des années 1805, 1806, 1807, d’une écriture très lisible sur des cahiers cousus de différents petits formats et différentes colorations, formant un ensemble de 328 feuillets reliés en un volume in8 en demi maroquin noir à longs grains (reliure moderne du début 20e siècle) d’une écriture très lisible.

Attachant et rare journal d’un jeune commis en écriture sous l’empire. 
L’auteur dont on ne connaît que le prénom, André, vit une passion amoureuse compliquée, son quotidien décrit dans les moindres détails révèlent une vie proche de la misère avec parfois quelques embellis dus à un travail acharné. 
C’est avec étonnement que nous découvrons la difficulté de vivre dans le Paris impérial : tout est problème : la nourriture, le froid, la faim, les chaleurs excessives de l’été. 
Pour ce jeune homme né sans condition, l’avenir lui apparaît incertain. En effet, la jeune femme dont il est épris mène grand train de vie, avec servantes et laquais. Lui n’est qu’un saute-ruisseau, parcourant inlassablement les rues du vieux Paris pour quérir ou déposer ses travaux de copie.
Ou encore des problèmes d’habillement qui prennent dans sa vie une place démesurée, il faut payer le perruquier, ressemeler les chaussures qui s’usent inexorablement, payer la ravaudeuse pour ses chemises, culottes et redingotes…
 

Les moments d’amour qu’il vit dans sa modeste chambre n’en sont que plus exaltants, le reste de sa vie n’est une longue lutte contre l’ennui, les chefs tyranniques et la faim qui le taraude. Cependant notre héros a un secret : il travaille à un mystérieux mémoire dont il nous livre la teneur dans les dernières pages de cet étrange journal. Il œuvre à une martingale qui lui permettra de gagner à la loterie et ainsi échapper à jamais à sa condition de misérable. 
Il est rare de pouvoir pénétrer ainsi l’intimité d’un humble Parisien dans un Paris exalté par les conquêtes impériales et l’on se prend rapidement d’amitié pour ce mystérieux André et ses problèmes de natte et de perruque qui lui faut affronter chaque matin. 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “[Manuscrit] Le journal intime d’un parisien sous l’empire”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *