L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

Le marteau des sorcières – «Malleus Malleficarum»

Le marteau des sorcières – «Malleus Malleficarum»

Institoris, Heinrich [1430-1505]; Sprenger, Jakob [1435-1495] ; Nider, Johannes [1380-1438]

Malleorum quorundam maleficarum, tam veterum quam recentiorum authorum, tomi duo (…)

 Francofurti : [sumptibus Nicolai Bassaei], 1582

2 parties en un volume [8] Bl., 806pp, [18] Bl.; [4] Bl., 704pp, [12] Bl.
In 8 plein vélin d’époque à recouvrements, traces de lacets, dos manuscrit, traces de rosaces dessinées sur le plat inférieur. Belle patine.

Rare édition du XVIe siècle du Malleus Maleficarum de Jakob Springer et Heinrich Institoris accompagné du texte de Jean Nider, « Le traité des maléfices ».
Cette édition constitue la seconde partie du Malleorum quorundam maleficarum, tam veterum quam recentiorum authorum.
L’exemplaire, dans sa première reliure en vélin à recouvrement, a été annoté à différentes époques de prières, et conjurations. La contre-garde est illustrée d’un petit croquis représentant un sorcier.
L’ouvrage qui ne porte pas d’indication de tomaison a été utilisé dans l’état comme c’est souvent le cas pour cette édition.

 Le Malleus Malleficarum de Sprenger et Institoris jouis d’une sinistre et hélas fort justifié réputation. C’est en effet le code auquel se référèrent durant deux siècles les chasseurs de sorciers pour mener a bien leur terrible besogne. Initialement commandé par le pape Innocent VIII, qui en 1484, par sa bulle « Summice desiderantes affectibus » autorisait l’inquisition à agir en matière de sorcellerie, le texte parut en 1486 et marqua le début de la chasse aux sorcières en Europe. Au début simple propos théorique et compilation de procès mené par les deux franciscains, le texte devint vite une somme de références auxquelles tous les tribunaux se reportèrent faisant du Malleus, le véritable code pénal utilisé en matière de sorcellerie, afin de démasquer les tenants du diable.
De format réduit afin de pouvoir, dit ont, être posé sur les genoux pendant les interrogatoires, les Malleus ƒMalleficarum ne quittaient pas le cercle très restreint des tribunaux inquisitoriaux afin d’éviter que les sorciers ne puissent utiliser son contenu de manière à dissimuler leurs états.
À cette rareté inhérente à chacune des éditions, s’ajouta par la suite, lorsque la chasse aux sorcières cessa en Europe, une destruction des exemplaires subsistants (un peu comme ce fut le cas pour le code noir).
Séduisant exemplaire en vélin d’époque de cet ouvrage fascinant.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le marteau des sorcières – «Malleus Malleficarum»”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *