L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

IMPRESSION BRETONNE _ Rennes_1756

IMPRESSION BRETONNE _ Rennes_1756

200,00

follow link Abrégé de la vie et de martyre des révérends pères Agathange de Vendôme et Cassien de Nantes, Capucins, Prestres.

Extrait de plusieurs Manuscrits contemporains, déposés dans les archives des couvens des capucins de Tours de Rennes. Avec un cours préliminaire en forme de Préface sur la Dignité de Martyre. Par le R.P. Emmanuel de Rennes, Capucin de la province de Bretagne, ancien Lecteur de Théologie & Définiteur.

A Rennes chez Julien Vatar, 1756.

go In-12 plein veau brun sombre, dos à cinq nerfs orné de fleurons, pièce de titre, légère usures, reliure d’époque à belle patine. Intérieur frais.

source link xxxiii pp, 198 pp, (1ff)

Dynastie de libraires exerçants à rennes dès 1631, jusqu’en 1823 (avec une rupture de 1700 à 1718). La Famille essaime à Rennes, Nantes et Paris. Ils eurent tôt une réputation d’excellence qui contribua à leur succès. Les Vatars sont entre autre à l’origine de la première publication de la vie es saints de Bretagne.

Les pères Agathange de Vendôme et Cassien de Nantes furent martyrisés, lapidés et pendus en Ethiopie en 1638.

 

Description

enter ________  IMPRESSIONS BRETONNES _________

L’histoire de l’impression en Bretagne se confond souvent avec celle de l’évangélisation de la province au XVIIe siècle.
« Les missions » Jésuites sont alors chargées de combattre le paganisme caché et les superstitions ancestrales de la Bretagne, afin de remettre la population dans le droit chemin.
Les pères Cupifs, Le Noblez et surtout Maunoir utilisent alors le gout des bretons pour le merveilleux, les chants et cantiques, et les processions.
Les vies des saints se teintent d’un merveilleux hérité des traditions orales ou des cycles Arthuréins. Les cantiques en breton et en français reprennent d’anciennes mélodies traditionnelles et les pardons s’émaillent de miracles aussi nombreux que spectaculaires.
Un, deux, ou parfois trois libraires seulement, exercent leur art dans les métropoles bretonnes, les tirages forcément restreints n’excèdent que rarement les 500 exemplaires.
Chacune de ces éditions sont d’une grande rareté.
Saint Malo ne connaît ses premières presses qu’en 1602, Brest en 1681, et Lorient en 1728…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “IMPRESSION BRETONNE _ Rennes_1756”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *