L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

Edition originale du traité de référence sur les vampires.

Edition originale du traité de référence sur les vampires.

1200,00

CALMET (Augustin)

Dissertation sur les apparitions des anges, des Démons, & des Esprits. Et sur les revenans et vampires. De Hongrie, de Boheme, de Moravie & de Silesie. 
Par le R.P. Dom Augustin Calmet, Religieux Benedictin & Abbé de Senone en Lorraine. 

A Paris, Chez Debure l’aîné, 1746

In12, plein veau tacheté, dos à cinq nerfs ornés, tranches rougies. Usures des coiffe et queue ainsi que des coins, manque la pièce de titre.

Edition originale de ce livre singulier, un des premier traités sur les vampires.
Le premier tome traite de l’apparition sous toutes ses formes : des bons et des mauvais anges, des esprits, des spectres, des démons. Il y est question de la magie, des sorciers et des sorcières, et il est démontré, par l’histoire, par l’analyse et par divers récits, que ces faits surnaturels existent bel et bien.
C’est dans le second tome qu’est abordée la question des revenants et des vampires de Moravie, avec des récits de morts étranges causées par des revenants qui viennent sucer le sang de leurs victimes. Il est alors préconisé d’aller déterrer le revenant et de séparer la tête de son corps pour l’empêcher de nuire. 
A sa sortie, ce livre valut de nombreux tracas à Calmet, qui fut taxé de naïveté et de crédulité, et il ouvrit une polémique peut-être à l’origine du mythe occidental du vampire moderne. 

S’il existe des apparitions nombreuses de saints et de saintes , pourquoi nier celles d’esprits dits intermédiaires? Le texte fit scandale , mais par ses réponses , réfutations ou au contraire défenses diverses, ouvrit la porte à un nouvel imaginaire, le mythe du vampire qui continue de nos jours à occuper nos livres et nos écrans.

« Morts de Hongie, qui sucent le Sang des vivans. 
(…) En conséquence on fit tirer de terre le corps de ce spectre, & on le trouva comme un homme qui vient d’expirer, & son sang comme d’un homme vivant. Le Comte de Cabreras lui fit couper la tête, puis remettre dans son tombeau. Il fit encore information d’autres pareils Revenans, entre autre d’un homme mort depuis plus de trente ans, qui étoit revenu par trois fois dans sa maison à l’heure du repas, avoit succé le sang au cou la première fois à son propre frere, la seconde à un de ses fils, & la troisième à un valet de maison, & tous trois moururent sur le champ. »