L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

Alcasar (Ludovici ab) – Hispalensis, e societate iesv theologi, & in Prouincia Baetica facrae Scripturae Profefforis, vestigatio arcani sensvs in Apocalypsi. Cum opufculo de facris Ponderibus ac Menfuris.

Alcasar (Ludovici ab) – Hispalensis, e societate iesv theologi, & in Prouincia Baetica facrae Scripturae Profefforis, vestigatio arcani sensvs in Apocalypsi. Cum opufculo de facris Ponderibus ac Menfuris.

8000,00

Antverpiae (Anvers), Apud Ioannem Keerbergium, 1614. Coll : fol 1025 contenant 23 gravures hors-texte et une carte, 80, 36p (table). In folio, en peau de daim teintée médaillons estampés à froid, sur les deux plats dos à 6 nerfspièce de titre restaurée.

Description

Alcasar (Ludovici ab) – Hispalensis, e societate iesv theologi, & in Prouincia Baetica facrae Scripturae Profefforis, vestigatio arcani sensvs in Apocalypsi. Cum opufculo de facris Ponderibus ac Menfuris.

Louis d’Alcazar, jésuite espagnol, né à Séville en 1554, mort en 1613, . Son œuvre principale est cette « vestigatio arcani sensus in Apocalypsi, Anvers, 1614, in folio ». Il s’agit d’un commentaire et d’une interprétation de l’pocalyse . L’auteur est considéré de nos jours comme le théoricien fondateur de « l’eschatologie passée »: pour lui, 80% du récit de l’apocalypse s’est déjà accompli. Cette édition, connue à quelques exemplaires, est illustrée d’un cycle de 23 gravures sur cuivre par Don Juan de Jaureguy, peintre et poète espagnol (1583 -1641). Don Juan de Jaureguy fut un intime de Cervantès dont il fit le portrait, le seul reconnu comme peint d’après nature qui nous soit parvenu. On a de lui des « Rimas » imprimé à Séville en 1618 ainsi qu’un « Orphée » de 1623 .Il entreprit de creer cette série de 23 gravures sur cuivre sur la fin de sa vie. Le cycle d’une grande puissance s’écarte des modèles habituels, pour former une oeuvre originale et sans équivalent. Sa vierge (folio p1614) fut reprise par Velasquez dans son Saint Jean de l’îsle de Patmos. L’édition originale de ce livre est d’une grande raretée, il fut réédité mais avec des cuivres regravés et réduits, à Lyon en 1654. Aucun exemplaire de cetAA ouvrage espagnol n’est passé en vente publique dans les 20 dernières années.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Alcasar (Ludovici ab) – Hispalensis, e societate iesv theologi, & in Prouincia Baetica facrae Scripturae Profefforis, vestigatio arcani sensvs in Apocalypsi. Cum opufculo de facris Ponderibus ac Menfuris.”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *