L’Oeil de Mercure - Bernard Le Borgne - Expert CNES - 9 rue Maître Albert 75 005 Paris - Tél : 01 43 54 48 77

IMPRESSION BRETONNE _ Vannes _ 1836

IMPRESSION BRETONNE _ Vannes _ 1836

200,00

Cantiques du père de Montfort,

Prêtre, Missionnaire apostolique, Né en Bretagne, le 31 janvier 1663, et mort en odeur de sainteté, a Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Poitou, le 28 Avril 1716.

 Vannes, imprimerie de N. de Lamarzelle, 1836.

In-8, plein maroquin olive, dos plat orné d’une belle composition. Orné en à froid d’un grand fleuron losangé. plats encadrés d’un filet doré et ornés d’une belle composition en à froid. Très légères usures, et dos légèrement, insolé.

123pp

Suivit de : Cantiques spirituels pour faire suite à ceux du père de Montfort, parmi lesquelles il y en a encore plusieurs composés par lui même, beaucoup d’autres par ses successeurs, et enfin quelques autres choisis parmi les plus beaux et les plus instructifs.

Vannes, imprimerie de N. de Lamarzelle, 1836.

466pp (2ff)

Impression vannetaise, sortie des presses de Lamarzelle. Exemplaire en pleine reliure romantique, d’une interessante publication de cantiques .

 

Catégories : ,

Description

________  IMPRESSIONS BRETONNES _________

L’histoire de l’impression en Bretagne se confond souvent avec celle de l’évangélisation de la province au XVIIe siècle.
« Les missions » Jésuites sont alors chargées de combattre le paganisme caché et les superstitions ancestrales de la Bretagne, afin de remettre la population dans le droit chemin.
Les pères Cupifs, Le Noblez et surtout Maunoir utilisent alors le gout des bretons pour le merveilleux, les chants et cantiques, et les processions.
Les vies des saints se teintent d’un merveilleux hérité des traditions orales ou des cycles Arthuréins. Les cantiques en breton et en français reprennent d’anciennes mélodies traditionnelles et les pardons s’émaillent de miracles aussi nombreux que spectaculaires.
Un, deux, ou parfois trois libraires seulement, exercent leur art dans les métropoles bretonnes, les tirages forcément restreints n’excèdent que rarement les 500 exemplaires.
Chacune de ces éditions sont d’une grande rareté.
Saint Malo ne connaît ses premières presses qu’en 1602, Brest en 1681, et Lorient en 1728…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “IMPRESSION BRETONNE _ Vannes _ 1836”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *